Cinéma

À raison de 1 vendredi par mois de octobre à décembre et de 2 vendredis par mois de janvier à avril, notre salle de spectacle se transforme en cinéma. Films de répertoire, québécois, jeunesse, documentaires et films étrangers sont au rendez-vous.


LA DÉESSE DES MOUCHES À FEU d’Anaïs Barbeau-Lavalette
17 septembre 2021 / 19h30


Canada (Québec). 2020. 105 min. (13+)
Avec Kelly Depeault, Caroline Néron, Normand D’Amour, Éléonore Loiselle.

Catherine, 16 ans, traverse l’adolescence alors que ses parents amorcent un processus de divorce. L’exploration ne sera pas douce ni romantique et d’une dérape à l’autre, elle vieillit dans le chaos violent et spectaculaire de l’adolescence grunge des années 90. Une adaptation du roman de Geneviève Pettersen. « Quelle immersion totale au cœur de l’invincibilité et de la découverte des plaisirs adolescents. Quelle distribution et quelle direction d’acteurs, à commencer par l’actrice principale Kelly Depeault qui brille de mille feux telle une véritable déesse des mouches à feu ! » (Émilie Côté, La Presse)


NADIA, BUTTERFLY de Pascal Plante
8 octobre 2021 / 19h30


Canada (Québec). 2020. 107 min. (G – Déconseillé aux jeunes enfants)
Avec Katerine Savard, Ariane Mainville, Hilary Caldwell, Pierre-Yves Cardinal.

Nadia, qui nage pour le Canada, mettra fin à sa carrière après les Jeux olympiques de 2020 à Tokyo. Avec sa partenaire d’entraînement, elle dérape au rythme des excès cachés du Village Olympique dans lequel sexe, alcool et drogues sont chose commune. Un étourdissement qui n’occulte pas sa réelle quête intérieure : trouver son identité profonde en dehors de la natation. Sélectionné au Festival de Cannes 2020. « Avec l’acuité de quelqu’un qui connaît une chose ou deux sur l’univers qu’il dépeint, Pascal Plante brosse le portrait tout en finesse d’une jeune femme en quête d’elle-même. » (François Lévesque, Le Devoir)


LE CLUB VINLAND de Benoit Pilon
22 octobre 2021 / 19h30


Canada (Québec). 2021. 125 min. (G)
Avec Sébastien Ricard, Rémy Girard, François Papineau, Émilie Bibeau.

Fin des années 1940, collège de garçons. Frère Jean, adulé de ses élèves mais perçu comme dérangeant par les supérieurs de sa congrégation, est un progressiste annonciation des changements à venir dans le Québec des années 50 et 60. Il veut motiver ses élèves et entreprendre des fouilles archéologiques visant à prouver l’établissement d’une colonie viking sur la côte du Saint-Laurent. « Benoit Pilon a réussi à bâtir une reconstitution d’époque impeccable, magnifiée par les superbes paysages de Charlevoix. Certaines scènes d’hiver apportent une belle touche de nostalgie à ce beau film qui mérite d’être vu sur grand écran. » (Maxime Demers, Journal de Montréal)